fermer

 
AUTRES

Mise à jour : 14 octobre 2017
Les médicaments dangereux pendant la grossesse  

I- Les médicaments tératogènes

Une substance dite « tératogène » est susceptible de provoquer des malformations chez les enfants dont la mère a été traitée pendant la grossesse.
Dans la population générale, environ 2 % des enfants naissent avec une malformation majeure. Un produit tératogène augmentera cette fréquence globale, ou seulement celle d’un type spécifique de malformations.
La période où les risques tératogènes sont les plus importants se situe au cours des 2 premiers mois de grossesse (cf. Les grandes lignes du raisonnement : cliquez ici).

a) Médicaments tératogènes à proscrire pendant au moins les 2 premiers mois de grossesse, et si possible au-delà, sauf indication exceptionnelle

- Acide valproïque (Dépakine®, Dépamide®, Dépakote®, Micropakine®) : (cliquez ici)
- Acitrétine (Soriatane®)
- Isotrétinoïne par voie orale (Contracné®, Curacné®, Procuta®, Roaccutane®) (cliquez ici)
- Misoprostol (Cytotec®, Gymiso®, Misoone®) (cliquez ici)
- Mycophénolate (Cellcept®, Myfortic® ) (cliquez ici)
- Thalidomide
- Antimitotiques, par exemple :

b) Médicaments tératogènes utilisables en cours de grossesse en l’absence d’alternative thérapeutique plus sûre

Ces médicaments peuvent être utilisés en cours de grossesse malgré leurs effets tératogènes connus en raison de leur bénéfice thérapeutique et d’une possibilité de surveillance prénatale.

- Lithium (Téralithe®) (cliquez ici)
- Carbimazole (Néomercazole®, Thyrozol®) (cliquez ici)
- Anticoagulants oraux (AVK) :

- Certains antiépileptiques :


II- Les médicaments contre-indiqués pendant la vie foetale

Dès le début du 3ème mois de grossesse, la vie fœtale commence. Certains médicaments sont spécifiquement contre-indiqués pendant cette période en raison d’effets fœtaux ou néonatals graves (sans effet malformatif) et de l’existence d’alternatives thérapeutiques (cf. Les grandes lignes du raisonnement cliquez ici) :

- Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et inhibiteurs sélectifs de Cox2 (cliquez ici), comme par exemple :

- Inhibiteurs de l’enzyme de conversion (IEC) et antagonistes de l’angiotensine 2 (cliquez ici), comme par exemple :


CRAT - Centre de Référence sur les Agents Tératogènes
Hôpital Armand Trousseau, 26 avenue du Docteur Arnold Netter, 75012 PARIS
Fax : +33 (0)144735395
- Réservé au corps médical.
www.lecrat.fr


Copyright CRAT 2017 - Tous droits réservés 2017 -