Fermer
Imprimer


Triméthoprime - Grossesse et allaitement


Mise à jour : 31 octobre 2019



Pour en savoir plus :

Traitement de l’infection urinaire basse en cours de grossesse et d’allaitement :
Cystite aiguë : grossesse et allaitement (cliquez ici)
Colonisation urinaire gravidique (bactériurie asymptomatique) (cliquez ici)


DELPRIM®
En association avec le sulfaméthoxazole : cotrimoxazole BACTRIM®


Le triméthoprime est un antibiotique anti-folates de la famille des diaminopyrimidines.
Il est utilisé dans le traitement des infections urinaires (après antibiogramme).


ETAT DES CONNAISSANCES

  • Les données publiées chez des femmes enceintes exposées au triméthoprime seul sont peu nombreuses, mais elles sont très nombreuses en association avec le sulfaméthoxazole (cotrimoxazole), notamment au 1er trimestre de la grossesse :
    • Un doublement de la fréquence globale des malformations par rapport à la population générale a été évoqué.
    • Les malformations retrouvées sont principalement des anomalies de fermeture du tube neural et dans une moindre mesure des cardiopathies.
    • Ces données doivent être confirmées.
    • Le mécanisme en cause pourrait être l’action anti-folates du triméthoprime.

EN PRATIQUE

  • Traiter une femme enceinte
    • Avant 10 semaines d’aménorrhée :
      • On préférera un autre antibiotique en raison d’une suspicion d’augmentation de certaines malformations avec le triméthoprime (cf. Etat des connaissances).
      • Envisager une alternative en fonction de l’antibiogramme (cliquez ici).
    • Au-delà de 10 semaines d’aménorrhée : l’utilisation du triméthoprime est possible après avoir écarté les autres options disponibles (cliquez ici).
  • Découverte d’une grossesse pendant le traitement
    • En cas d’exposition avant 10 semaines d’aménorrhée :
      • Informer la patiente des effets évoqués et envisager une surveillance échographique ciblée (cf. Etat des connaissances).
      • Prescrire une supplémentation en acide folique est en théorie logique. Faute d’étude, aucune posologie ne peut être conseillée, mais par analogie avec d’autres situations on peut proposer 5 mg/j.
    • En cas de prise du triméthoprime après 10 semaines d’aménorrhée :
      • Rassurer la patiente quant au risque malformatif du triméthoprime.
  • Allaitement
    • La quantité de triméthoprime ingérée via le lait est faible : l’enfant reçoit environ 6% de la dose maternelle (en mg/kg).
    • Aucun évènement particulier n’est signalé à ce jour chez des enfants allaités de mères recevant du triméthoprime.
    • Au vu de ces éléments, l’utilisation du triméthoprime est possible chez la femme qui allaite.
  • Si une de vos patientes est exposée au triméthoprime au 1er trimestre de la grossesse, nous vous invitons à prendre contact avec le CRAT pour contribuer à enrichir les connaissances sur ce médicament chez la femme enceinte :


Seuls quelques noms de spécialités sont mentionnés dans ce site. Cette liste est indicative et n’est pas exhaustive.


CRAT - Centre de Référence sur les Agents Tératogènes
Hôpital Armand Trousseau, 26 avenue du Docteur Arnold Netter, 75012 PARIS
Fax : +33 (0)144735395
- Réservé au corps médical.
www.lecrat.fr


Copyright CRAT 2020 - Tous droits réservés 2020 -