Fermer
Imprimer


Acitrétine - Grossesse et allaitement


Mise à jour : 9 mars 2020



SORIATANE®


L’acitrétine est un rétinoïde de synthèse, dérivé de l’étrétinate (Tigason®, retiré du marché).
Elle est utilisée par voie orale dans le traitement du psoriasis et des troubles sévères de la kératinisation.
La prescription de l’acitrétine et sa délivrance chez la femme en âge de procréer sont soumises à des conditions particulières (cliquez ici).


ETAT DES CONNAISSANCES

  • Particularités pharmacocinétiques
    • L’acitrétine et son métabolite ont une demi-vie d’élimination plasmatique longue (respectivement 96 heures et 120 heures pour les valeurs extrêmes). Ils sont donc éliminés du plasma au maximum en 36 jours.
    • Chez certains patients et dans des circonstances particulières (prise d’alcool), une transformation dans l’organisme d’une petite quantité d’acitrétine en étrétinate a été mise en évidence. L’étrétinate est stocké dans le tissu graisseux et peut-être relargué dans la circulation systémique, en particulier à la faveur d’une perte de poids importante. La demi-vie d’élimination plasmatique de l’étrétinate est très longue (environ 4 mois).
  • Aspect malformatif
    • L’acitrétine et l’étrétinate entraînent un tableau malformatif proche de celui de l’isotrétinoïne.
    • La fréquence de ce tableau ne peut pas être calculée, car sa mise en évidence ne repose que sur des cas isolés. Quelques enfants normaux sont également rapportés.
    • La période à risque concerne essentiellement les deux premiers mois de grossesse.
  • Conception à distance d’un traitement maternel
    • Les données publiées chez des femmes ayant conçu après l’arrêt de l’acitrétine sont peu nombreuses.
    • Toutefois, aucun tableau malformatif typique n’a été rapporté à ce jour pour des grossesses conçues 36 jours ou plus après l’arrêt du traitement.

EN PRATIQUE

L’acitrétine est tératogène. Elle est contre-indiquée pendant la grossesse .
  • Prescription d’acitrétine chez la femme en âge de procréer
    • La prescription et la délivrance d’acitrétine chez la femme en âge de procréer sont soumises à des conditions particulières (cliquez ici).
    • La patiente doit savoir que la prise d’alcool pendant le traitement et les 36 jours qui suivent son arrêt, peut induire la transformation de l’acitrétine en étrétinate (cf. Etat des connaissances).
  • Traiter une femme enceinte
    • L’acitrétine est contre-indiquée en cours de grossesse.
  • Découverte d’une grossesse pendant ou après le traitement
    • Arrêter immédiatement l’acitrétine.
    • Contacter le CRAT pour une évaluation du risque au cas par cas (cliquez ici).
  • Allaitement
    • En l’absence de donnée pertinente sur l’acitrétine en cours d’allaitement, elle ne sera pas utilisée chez une femme qui allaite.


Seuls quelques noms de spécialités sont mentionnés dans ce site. Cette liste est indicative et n’est pas exhaustive.


CRAT - Centre de Référence sur les Agents Tératogènes
Hôpital Armand Trousseau, 26 avenue du Docteur Arnold Netter, 75012 PARIS
Fax : +33 (0)144735395
- Réservé au corps médical.
www.lecrat.fr


Copyright CRAT 2020 - Tous droits réservés 2020 -