Fermer
Imprimer


Cannabis - Grossesse et allaitement


Mise à jour : 6 mars 2018



  • Les feuilles de cannabis séchées et des extraits résineux de la plante (haschich) sont utilisés à des fins « récréatives » sous diverses formes, et en particulier fumés avec du tabac.
  • De nombreux composés sont présents dans la plante (cannabinoïdes), leurs effets sont variés. Le principal agent actif est le delta-9-tétrahydrocannabinol (THC).
  • le THC est fortement lipophile et se distribue rapidement au niveau cérébral et dans les tissus adipeux, où il s’accumule.
  • La durée de détectabilité du THC et de ses métabolites dans les urines est très variable et fortement dépendante des habitudes de consommation : de 2 à 7 jours après la dernière exposition pour une consommation occasionnelle et de 7 à 21 jours voire plus pour des consommations régulières.
  • Une consommation régulière et/ou importante de cannabis justifie la recherche d’une pathologie maternelle sous-jacente non ou mal prise en charge.

ETAT DES CONNAISSANCES

  • Passage placentaire
    • Le THC passe le placenta.
  • Aspect malformatif
    • A ce jour, aucun effet malformatif du cannabis en cours de grossesse n’est retenu.
  • Aspect néonatal
    • Lors d’une consommation occasionnelle, aucun effet néonatal n’est noté.
    • Lors d’une consommation régulière et importante (de l’ordre de 6 fois par semaine ou plus), les effets suivants ont été évoqués :
      • Prématurité
      • Retard de croissance intra-utérin, diminution du poids de naissance
      • Trémulations néonatales, régressant en environ 1 mois
      • Le rôle propre du tabac fumé avec le cannabis est difficile à distinguer de celui du cannabis seul.
  • Effets à distance
    • Le score global d’intelligence (QI) semble normal.
    • Chez les enfants dont les mères consommaient du cannabis de manière régulière et importante en cours de grossesse, les effets suivants ont été observés chez les enfants vers l’âge de 9-12 ou 13-16 ans :
      • Déficits de l’attention
      • Hyperactivité
      • Perturbation de certains tests cognitifs et de certaines fonctions d’exécution.
  • Allaitement
    • Le THC passe dans le lait maternel, et peut s’y concentrer : en cas de consommation régulière, on peut en trouver jusqu’à 8 fois plus que dans le sérum maternel.
    • Le THC a également été retrouvé dans les selles et les urines d’enfants allaités.

EN PRATIQUE

  • Si le cannabis en cours de grossesse n’est pas associé à un risque malformatif particulier, la poursuite de sa consommation n’est pas souhaitable en l’état actuel des données.
  • La consommation de cannabis au cours de l’allaitement est également déconseillée.


CRAT - Centre de Référence sur les Agents Tératogènes
Hôpital Armand Trousseau, 26 avenue du Docteur Arnold Netter, 75012 PARIS
Fax : +33 (0)144735395
- Réservé au corps médical.
www.lecrat.fr


Copyright CRAT 2018 - Tous droits réservés 2018 -