Fermer
Imprimer


Antalgiques et grossesse


Mise à jour : 21 octobre 2016



Pour en savoir plus :

L’approche du symptôme douloureux chez la femme enceinte doit être la même qu’en dehors de la grossesse (les antalgiques utilisés lors de l’accouchement ne sont pas traités ici).

Rappelons qu’en cas d’exploration d’une douleur, aucun examen d’imagerie médicale standard n’est contre-indiqué durant la grossesse, quel qu’en soit le terme (cf. Imagerie).


1- DOULEUR ET INFLAMMATION

L’utilisation ponctuelle ou chronique de tous les AINS (y compris l’aspirine ≥ 500 mg/j et les inhibiteurs de cox-2) est formellement contre-indiquée à partir du début du 6ème mois de grossesse (24 SA), quelle que soit leur voie d’administration (cf. lettre Afssaps).
  • Antalgiques non opiacés (palier 1)
    • On préférera le paracétamol, quel que soit le terme de la grossesse.
    • L’aspirine peut être utilisée ponctuellement pendant les cinq premiers mois de grossesse (24 semaines d’aménorrhée). Au-delà de 24 SA, l’aspirine ≥ 500 mg/j est formellement contre-indiquée jusqu’à l’accouchement.
    • Tous les AINS sont formellement contre-indiqués à partir de 24 SA (5 mois de grossesse révolus). Avant 24 SA, on évitera si possible les traitements prolongés.
  • Antalgiques opioïdes faibles (palier 2)
    • On préférera la codéine, quel que soit le terme de la grossesse.
    • En cas d’inefficacité de cette option, on pourra avoir recours au tramadol quel que soit le terme de la grossesse.
  • Antalgiques opioïdes mixtes ou forts (palier 3)
    • On préférera la morphine, quel que soit le terme de la grossesse.
  • Corticoïdes (cliquez ici).
    • Les corticoïdes peuvent être utilisés chez la femme enceinte quels que soient leurs voies d’administration, leurs posologies et le terme de la grossesse.

2- DOULEURS NEUROPATHIQUES ET ALGIES REBELLES

  • L’utilisation du TENS est envisageable quel que soit le terme de la grossesse, sauf sur l’abdomen (cliquez ici).
  • Les molécules suivantes peuvent être utilisées quel que soit le terme de la grossesse :
    • Les mieux connues sont :
  • En cas d’inefficacité de ces molécules, l’utilisation d’un autre traitement en cours de grossesse sera envisagée au cas par cas, notamment :
    • la carbamazépine (Tégrétol®) : données très nombreuses ; augmentation de la fréquence globale des malformations modérée si elle existe mais une augmentation des spina bifida avec un risque individuel qui reste faible (cliquez ici).
    • la prégabaline (Lyrica®) : (cliquez ici).

3- MIGRAINE cliquez ici