Fermer
Imprimer


Antidépresseurs - Grossesse et allaitement


Mise à jour : 12 mai 2017



Pour en savoir plus :

Psychotropes et grossesse : les points forts (cliquez ici)

1- Grossesse

  • Si un antidépresseur inhibiteur de recapture de la sérotonine (IRS) est nécessaire, une des molécules suivantes peut être utilisée, quel que soit le terme de la grossesse : fluoxétine (Prozac®), sertraline (Zoloft®), paroxétine (Deroxat®), citalopram (Seropram®) ou escitalopram (Seroplex®). Si la patiente envisage d’allaiter, on préférera la paroxétine (Deroxat®) ou la sertraline (Zoloft®).
  • Si un antidépresseur IRS/Noradrénergique est nécessaire, on pourra utiliser la venlafaxine (Effexor®), quel que soit le terme de la grossesse.
  • Parmi les antidépresseurs tricycliques, on choisira si possible la clomipramine (Anafranil®) ou l’amitriptyline (Laroxyl®), qui sont compatibles avec l’allaitement.
  • Si le traitement est poursuivi jusqu’à l’accouchement, la survenue éventuelle de troubles néonatals transitoires sera prise en compte lors de l’examen du nouveau-né (cf. la fiche individuelle de chaque antidépresseur).

2- Allaitement

  • On préférera les antidépresseurs suivants en cours d’allaitement. En effet, leur passage dans le lait est faible et les concentrations sanguines chez les enfants allaités sont faibles ou indétectables :
  • Pour les autres antidépresseurs les données sont beaucoup moins nombreuses et la décision d’allaiter sera prise au cas par cas :


Seuls quelques noms de spécialités sont mentionnés dans ce site. Cette liste est indicative et n’est pas exhaustive.


CRAT - Centre de Référence sur les Agents Tératogènes
Hôpital Armand Trousseau, 26 avenue du Docteur Arnold Netter, 75012 PARIS
Tel/fax : ++33 (0)143412622
- Ligne téléphonique réservée au corps médical.
www.lecrat.fr


Copyright CRAT 2016 - Tous droits réservés 2016 -