Fermer
Imprimer


Etat des connaissances sur l’amitriptyline


Mise à jour : 6 juin 2019



  • Aspect malformatif
    • Les données publiées chez les femmes exposées à l’amitriptyline au 1er trimestre de grossesse sont très nombreuses et rassurantes.
  • Aspect néonatal
    • L’amitriptyline et son métabolite actif, la nortriptyline, passent le placenta.
    • Lors d’utilisations d’imipraminiques à fortes doses jusqu’à l’accouchement, des symptômes néonatals, le plus souvent transitoires et peu sévères, peuvent parfois apparaître dans les premiers jours de vie. Ces signes traduisent soit une imprégnation du nouveau-né, soit un syndrome de sevrage. Ce dernier semble favorisé par un arrêt brutal du traitement maternel avant l’accouchement.
    • Il s’agit principalement d’une détresse respiratoire, d’une hyperexcitabilité, de troubles du tonus, d’un ralentissement du transit et/ou d’une sédation du nouveau-né.
    • La possibilité de survenue de ces effets néonatals est à mettre en balance avec les risques de décompensation que pourraient faire courir à la mère une diminution, voire un arrêt, de son traitement antidépresseur, en particulier dans cette période de fragilité que constituent la fin de grossesse et le post partum.