Fermer
Imprimer


Etat des connaissances sur la venlafaxine


Mise à jour : 18 octobre 2017



- Aspect malformatif

  • Les données publiées chez les femmes exposées à la venlafaxine au 1er trimestre de la grossesse sont très nombreuses et aucun effet malformatif particulier n’est retenu à ce jour.
  • La venlafaxine n’est pas tératogène chez l’animal.

- Aspect néonatal

  • Chez environ 30% des nouveau-nés de mères traitées jusqu’à l’accouchement par un antidépresseur IRSS ou IRSNa, des symptômes néonatals, le plus souvent transitoires, peu sévères et de courte durée, peuvent apparaître dans les premiers jours de vie.
    • Il s’agit principalement de troubles respiratoires (détresse respiratoire et tachypnée), de trémulations, d’une hyperexcitabilité, de troubles du sommeil, de troubles du tonus et de difficultés alimentaires.
    • Ces signes traduisent soit une imprégnation du nouveau-né, soit un syndrome de sevrage. Ce dernier semble favorisé par un arrêt brutal du traitement maternel avant l’accouchement.
  • Par ailleurs, un risque accru d’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) néonatale chez les enfants de mères exposées à un antidépresseur IRSS en 2ème partie de grossesse est rapporté. Ce risque serait doublé, passant de 1 à 2 pour mille dans la population générale, à environ 3 pour mille chez les enfants exposés. Cependant, ces résultats ne sont pas univoques. En effet, des facteurs de risques connus d’HTAP néonatale n’ont pas tous été pris en compte dans ces études, notamment la césarienne en dehors du travail et/ou un indice de masse corporel maternel élevé. _Cet effet n’a pas été décrit à ce jour avec les antidépresseurs IRSNa comme la venlafaxine, mais, par analogie, un risque de même nature, s’il existe, ne peut être exclu.
  • La possibilité de survenue des effets néonatals est à mettre en balance avec les risques de décompensation que pourraient faire courir à la mère une diminution, voire un arrêt, de son traitement antidépresseur, en particulier dans cette période de fragilité que constituent la fin de grossesse et le post-partum.

- Aspect neuro-comportemental cliquez ici