Fermer
Imprimer


Répulsifs - Grossesse et Allaitement


Mise à jour : 6 avril 2016



Pour en savoir plus :

EN PRATIQUE

- Mesures générales de protection

  • Les piqûres d’insectes vecteurs de pathologies infectieuses (moustiques pour le paludisme, la dengue, le chikungunya, le zika ..., tiques pour la maladie de Lyme ...) peuvent survenir de jour comme de nuit.
  • La protection contre les piqûres associe plusieurs mesures applicables à la femme enceinte ou allaitante :
    • Utiliser des moustiquaires imprégnées de pyréthrinoïdes.
    • Porter des vêtements longs imprégnés de pyréthrinoïdes ou de répulsifs.
    • Utiliser des répulsifs sur les parties découvertes du corps.
    • Utiliser les mesures d’appoint suivantes : diffuseurs électriques, tortillons fumigènes à l’extérieur...

- Répulsifs utilisables en cours de grossesse ou d’allaitement

  • DEET 20% à 50% (utiliser du DEET au minimum à 30% pour le paludisme)
  • IR3535 20% (voire jusqu’à 35% si besoin)
  • KBR3023 (icaridine) 20%
  • Pour trouver une spécialité, voir le tableau du document du Ministère de la Santé (cliquez ici).
  • L’efficacité, la durée d’action et la sécurité d’usage des répulsifs dépendent notamment de leur concentration.
  • La concentration efficace varie en fonction de l’insecte en cause.
  • Les répulsifs ne doivent pas être appliqués sur les muqueuses ou les lésions cutanées étendues.
  • En cours d’allaitement, on veillera au lavage des mains avant la mise au sein.

ETAT DES CONNAISSANCES

  • Le DEET (diéthyltoluamide)
    • C’est le répulsif le plus ancien (1957) et le mieux étudié. Il existe un passage systémique et placentaire. En cas de mésusage (ingestion ou exposition cutanée excessive et répétée), des troubles neurologiques ont été rapportés chez des individus directement traités (en particulier des enfants).
    • Le DEET n’est pas tératogène chez l’animal (voie orale, cutanée, injectable).
    • Chez la femme enceinte, aucun élément inquiétant n’est retenu quel que soit le terme de la grossesse : les données publiées sont moins nombreuses au 1er trimestre qu’au-delà, cependant l’usage est important.
  • Autres répulsifs
    • L’icaridine (ou KBR 3023 ou picaridin) :
      • Non tératogène chez l’animal.
      • Il n’y a pas de donnée publiée chez des femmes enceintes exposées à l’icaridine, mais aucun élément inquiétant n’a été signalé à ce jour.
    • L’IR3535 (3-[N-Butyl-N-acetyl]-aminopropionic acid, ethyl ester ; repellent 35/35) :
      • Non tératogène chez l’animal.
      • Il n’y a pas de donnée publiée chez des femmes enceintes exposées à l’IR3535, mais aucun élément inquiétant n’a été signalé à ce jour.


CRAT - Centre de Référence sur les Agents Tératogènes
Hôpital Armand Trousseau, 26 avenue du Docteur Arnold Netter, 75012 PARIS
Tel/fax : ++33 (0)143412622
- Ligne téléphonique réservée au corps médical.
www.lecrat.fr


Copyright CRAT 2016 - Tous droits réservés 2016 -