Fermer
Imprimer


Méfloquine


Mise à jour : 12 juin 2015



Pour en savoir plus :

LARIAM®


La méfloquine est un antipaludique.
Elle s’utilise par voie orale dans le traitement préventif et curatif du paludisme.


ETAT DES CONNAISSANCES

  • Les données publiées chez les femmes enceintes exposées à la méfloquine sont très nombreuses et aucun élément inquiétant n’est retenu à ce jour.

EN PRATIQUE

Les séjours en zones d’endémie palustre sont déconseillés en cours de grossesse. Si le voyage ne peut être reporté ou si la patiente vit en zone d’endémie, la prophylaxie du paludisme est nécessaire quel que soit le terme de la grossesse et doit être efficace. Elle associe une protection contre les piqûres de moustiques et une chimioprophylaxie adaptée au lieu du séjour (cf. Recommandations aux voyageurs).
  • En prévision d’une grossesse
    • En fonction du lieu de séjour, la méfloquine pourra être utilisée.
  • Traiter une femme enceinte
    • Traitement prophylactique :
      • En fonction du lieu de séjour, l’utilisation de la méfloquine est possible quel que soit le terme de la grossesse.
    • Traitement curatif :
      • La méfloquine peut être utilisée dans le traitement de l’accès palustre, quel que soit le terme de la grossesse.
  • Découverte d’une grossesse pendant le traitement
    • Rassurer la patiente quant au risque malformatif de la méfloquine.
    • La méfloquine sera poursuivie quel que soit le terme de la grossesse selon le schéma prévu.
  • Allaitement
    • Il y a peu de données publiées sur méfloquine et allaitement, mais aucun événement particulier n’a été signalé à ce jour chez les enfants allaités.
    • Le passage de la méfloquine dans le lait a été évalué uniquement après une prise unique (1 comprimé à 250 mg), chez 2 patientes. Dans ces conditions, la quantité reçue par l’enfant est faible (environ 4% de la dose maternelle en mg/kg).
    • Pour l’OMS, la méfloquine est compatible avec l’allaitement.
    • Au vu de ces éléments, la prise de méfloquine pendant l’allaitement est envisageable, y compris si l’enfant reçoit lui-même de la méfloquine ou une autre prophylaxie antipaludéenne.
    • Rappelons que la prise d’un antipaludéen par la mère ne protège pas l’enfant allaité contre le paludisme.
    • Des informations sur la prévention du paludisme chez le nourrisson sont disponibles sur le site de la Société Française de Pédiatrie (cliquer ici).


CRAT - Centre de Référence sur les Agents Tératogènes
Hôpital Armand Trousseau, 26 avenue du Docteur Arnold Netter, 75012 PARIS
Tel/fax : ++33 (0)143412622
- Ligne téléphonique réservée au corps médical.
www.lecrat.fr


Copyright CRAT 2016 - Tous droits réservés 2016 -