Fermer
Imprimer


Anti-migraineux et grossesse


Mise à jour : 28 octobre 2016



Pour en savoir plus :

1- TRAITEMENT DE LA CRISE

L’utilisation ponctuelle ou chronique de tous les AINS (y compris l’aspirine ≥ 500 mg/j et les inhibiteurs de cox-2) est formellement contre-indiquée à partir du début du 6ème mois de grossesse (24 SA) (cf. lettre Afssaps).
  • Les antalgiques de palier 1 :
    • On préférera le paracétamol, quel que soit le terme de la grossesse.
    • L’aspirine peut être utilisée ponctuellement pendant les cinq premiers mois de grossesse (24 semaines d’aménorrhée). Au-delà de 24 SA, l’aspirine ≥ 500 mg/j est formellement contre-indiquée jusqu’à l’accouchement.
    • Tous les AINS sont formellement contre-indiqués à partir de 24 SA (5 mois de grossesse révolus). Avant 24 SA, on évitera si possible les traitements chroniques.
  • Les triptans :
    • Le sumatriptan peut être utilisé quel que soit le terme de la grossesse.
    • En cas d’inefficacité du sumatriptan, le rizatriptan et le zolmitriptan pourront être utilisés.

2- TRAITEMENT DE FOND

  • Le plus souvent la migraine s’améliore en cours de grossesse.
  • Si l’instauration ou la poursuite d’un traitement de fond est nécessaire, on préférera (cliquez sur les liens) :
  • En cas d’inefficacité ou d’intolérance de ces options, l’utilisation d’un traitement de fond par pizotifène ou oxétorone sera envisagée en cours de grossesse au cas par cas (contactez le CRAT).