Fermer
Imprimer


Aspirine = Acide acétylsalicylique


Mise à jour : 17 juillet 2013



Pour en savoir plus :

ASPEGIC® - ASPISUCRE® - ASPRO® - CARDIOSOLUPSAN® - CATALGINE® - CLARAGINE® - KARDEGIC®


L’aspirine (ou acide acétylsalicylique) a de nombreuses propriétés :

  • antalgique, antipyrétique et anti-inflammatoire à une posologie ≥ 500 mg/jour
  • anti-agrégant plaquettaire à posologie plus faible.

ETAT DES CONNAISSANCES (cliquez ici)


EN PRATIQUE

L’utilisation ponctuelle ou chronique d’aspirine à doses ≥ 500 mg/j est formellement contre-indiquée à partir du début du 6° mois de grossesse (24 SA)
  • En prévision d’une grossesse
    • Aux doses anti-agrégantes plaquettaires, il n’est pas justifié d’arrêter ou de changer le traitement en vue d’une grossesse.
    • Aux doses chroniques supérieures ou égales à 500 mg/j, dans la mesure du possible, on arrêtera le traitement dès le début de la grossesse (cf. Etat des connaissances).
  • Traiter une femme enceinte
    • Aux doses anti-agrégantes il est possible d’utiliser l’aspirine quel que soit le terme de la grossesse.
    • Aux fortes doses (≥ 500 mg/j).
      • Jusqu’au début du 6° mois (24 SA) l’utilisation d’aspirine à doses ≥ 500 mg/j est possible ponctuellement. On évitera les prises chroniques (cf. Etat des connaissances).
      • Au-delà du début du 6° mois (24 SA) l’utilisation d’aspirine à doses ≥ 500 mg/j est formellement contre-indiquée (cf. Etat des connaissances).
  • Découverte d’une grossesse pendant le traitement
    • Rassurer la patiente quant au risque malformatif de l’aspirine.
    • Réévaluer le bien fondé de la poursuite du traitement.
    • Aux doses anti-agrégantes il est possible de maintenir l’aspirine tout au long de la grossesse.
    • Aux fortes doses (≥ 500 mg/j).
      • Jusqu’au début du 6° mois (24 SA) l’utilisation d’aspirine à doses ≥ 500 mg/j est possible ponctuellement. On évitera les prises chroniques (cf. Etat des connaissances).
      • Au-delà du début du 6° mois (24 SA) l’utilisation d’aspirine à doses ≥ 500 mg/j est formellement contre-indiquée (cf. Etat des connaissances).
  • Allaitement
    • La quantité d’aspirine ingérée via le lait varie en fonction de la dose et de la durée du traitement maternel.
      • lors d’une prise maternelle unique d’aspirine de 500 mg à 1500 mg, la quantité ingérée par l’enfant est faible. Il reçoit 2 à 14% de la dose pédiatrique de 10 mg/kg (dosage effectué dans le lait chez une cinquantaine de mères).
      • lors d’une prise maternelle chronique d’aspirine ≥ 2 g/j, la quantité ingérée par l’enfant est importante en raison d’un risque d’accumulation dans le lait. Les concentrations sanguines chez l’enfant sont alors proches des concentrations thérapeutiques (mesures effectuées sur un petit effectif).
      • il n’y a pas de donnée pour des prises maternelles chroniques d’aspirine à dose anti-agrégante plaquettaire mais aucun évènement particulier n’est signalé à ce jour chez les enfants allaités.
    • Au vu de ces données :
      • la prise ponctuelle d’aspirine est possible en cours d’allaitement quelle que soit la posologie.
      • la prise répétée d’aspirine à posologie antalgique ou anti-inflammatoire est contre-indiquée en cours d’allaitement.
      • la prise chronique d’aspirine à visée anti-agrégante plaquettaire est envisageable en cours d’allaitement à la posologie efficace la plus faible possible.


Seuls quelques noms de spécialités sont mentionnés dans ce site. Cette liste est indicative et n’est pas exhaustive.


CRAT - Centre de Référence sur les Agents Tératogènes
Hôpital Armand Trousseau, 26 avenue du Docteur Arnold Netter, 75012 PARIS
Fax : ++33 (0)144735395
- Réservé au corps médical.
www.lecrat.fr


Copyright CRAT 2017 - Tous droits réservés 2017 -