Fermer
Imprimer


Anti-inflammatoires non stéroïdiens et grossesse


Mise à jour : 28 octobre 2016



Pour en savoir plus :

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) regroupent de nombreuses familles dont l’aspirine ≥ 500 mg/j et les inhibiteurs sélectifs de COX-2.


ETAT DES CONNAISSANCES (cliquez ici)


EN PRATIQUE

|A l’exception des collyres, l’utilisation ponctuelle ou chronique de tous les AINS (y compris l’aspirine ≥ 500mg/j et les inhibiteurs sélectifs de COX-2) est formellement contre-indiquée à partir du début du 6ème mois de grossesse (24 SA), quelle que soit leur voie d’administration (cf. lettre Afssaps).

  • En prévision d’une grossesse
  • En cours de grossesse
    • Rassurer la patiente quant au risque malformatif des AINS en cas d’exposition au 1er trimestre.
    • On évitera si possible, les prises chroniques d’AINS jusqu’au début du 6ème mois (24 SA) (cf. Etat des connaissances).
    • L’aspirine peut être utilisée ponctuellement pendant les cinq premiers mois de grossesse (24 semaines d’aménorrhée). Au-delà de 24 SA, l’aspirine ≥ 500 mg/j est formellement contre-indiquée jusqu’à l’accouchement.
    • Au-delà du début du 6ème mois (24 SA) l’utilisation de tout AINS est formellement contre-indiquée quelle que soit sa voie d’administration, à l’exception des collyres en raison des faibles quantités utilisées (cf. Etat des connaissances).
    • On pourra avoir recours à d’autres antalgiques ou aux corticoïdes quel que soit le terme de la grossesse.