Fermer
Imprimer


Anxiolytiques et allaitement


Mise à jour : 20 avril 2018



  • L’anxiolytique de choix en cours d’allaitement est l’oxazépam (Séresta®), si possible dans la limite de 10 mg trois fois par jour (cliquez ici).
    • Réévaluer la poursuite de l’allaitement si l’enfant présente des signes de sédation (sommeil prolongé, diminution de la succion, mauvaise prise de poids...).
  • D’autres molécules peuvent être utilisées dans les troubles anxieux en cours d’allaitement, comme la paroxétine (Deroxat®...) (cliquez ici) ou la sertraline (Zoloft®) (cliquez ici).
  • Il est préférable de ne pas utiliser les anxiolytiques ci-dessous en cours d’allaitement ou de ne pas allaiter si leur usage s’avère indispensable :
    • soit leur passage dans le lait n’est pas négligeable, avec parfois des effets indésirables signalés chez des enfants allaités.
    • soit leur passage dans le lait n’est pas évalué, et leurs caractéristiques pharmacologiques ne permettent pas d’écarter un risque pour l’enfant allaité.
    • Il s’agit :
      • de benzodiazépines : alprazolam (Xanax®) - bromazépam (Lexomil®) - clobazam (Urbanyl®) - clorazépate (Tranxène®) - clotiazépam (Veratran®) - diazépam (Valium®) - loflazépate (Victan®) - lorazépam (Temesta®) - nordazépam (Nordaz®) - prazépam (Lysanxia®).
      • d’anxiolytiques non benzodiazépines : buspirone (Buspar®) - cyamémazine (Tercian®) - étifoxine (Stresam®) - hydroxyzine (Atarax®).