Fermer
Imprimer


Bupropion


Mise à jour : 18 octobre 2018



Pour en savoir plus :

ZYBAN®


Le bupropion est un dérivé amphétaminique stimulant du système nerveux central.
Il est utilisé dans l’aide au sevrage tabagique.
Ses principaux effets indésirables sont d’ordre neurologique, psychiatrique et cutané.


ETAT DES CONNAISSANCES

  • Les données publiées chez les femmes exposées au bupropion au 1er trimestre de la grossesse sont très nombreuses et rassurantes.
  • Le bupropion passe le placenta. Les concentrations néonatales correspondent en moyenne à la moitié des concentrations maternelles.
  • Malgré un nombre important d’expositions aux 2ème et 3ème trimestres, l’impact néonatal du bupropion ne peut être évalué en raison d’un nombre de paramètres étudiés trop restreint.

EN PRATIQUE

  • En prévision d’une grossesse
    • Il est préférable d’arrêter le bupropion en raison de ses propriétés amphétaminiques.
    • Tout doit être mis en œuvre pour éviter une reprise du tabagisme chez la femme enceinte (cf. Tabac).
    • Si une substitution nicotinique est nécessaire, elle est possible en vue d’une grossesse (cf. Substituts nicotiniques).
  • Traiter une femme enceinte
    • Il est préférable de ne pas utiliser le bupropion en cours de grossesse en raison de ses propriétés amphétaminiques.
    • Tout doit être mis en œuvre pour éviter une poursuite du tabagisme chez la femme enceinte (cf. Tabac).
    • Si une substitution nicotinique est nécessaire, elle est possible quel que soit le terme de la grossesse (cf. Substituts nicotiniques).
  • Découverte d’une grossesse pendant le traitement
    • Rassurer la patiente quant au risque malformatif du bupropion.
    • Il est préférable d’arrêter le traitement par bupropion en cours de grossesse en raison de ses propriétés amphétaminiques.
    • Tout doit être mis en œuvre pour éviter une poursuite du tabagisme chez la femme enceinte (cf. Tabac).
    • Si une substitution nicotinique est nécessaire, elle est possible quel que soit le terme de la grossesse (cf. Substituts nicotiniques).
  • Allaitement
    • La quantité de bupropion et de ses métabolites ingérée via le lait est faible. L’enfant reçoit jusqu’à 2,3% de la dose maternelle (en mg/kg).
    • Les concentrations sanguines mesurées chez 3 enfants allaités se révèlent indétectables.
    • A ce jour aucun évènement particulier attribuable au traitement n’est retenu chez des enfants allaités.
    • Au vu de ces éléments, l’utilisation de bupropion est envisageable en cours d’allaitement.


CRAT - Centre de Référence sur les Agents Tératogènes
Hôpital Armand Trousseau, 26 avenue du Docteur Arnold Netter, 75012 PARIS
Fax : +33 (0)144735395
- Réservé au corps médical.
www.lecrat.fr


Copyright CRAT 2018 - Tous droits réservés 2018 -