Fermer
Imprimer


Etats des connaissances sur les IEC et les sartans


Mise à jour : 20 octobre 2017



ETAT DES CONNAISSANCES

- Aspect malformatif

  • Les inhibiteurs de l’enzyme de conversion (IEC) et les antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II (sartans) sont des antihypertenseurs agissant sur le système rénine-angiotensine.
  • Les données publiées chez les femmes enceintes exposées au 1er trimestre sont très nombreuses pour les IEC, et nombreuses pour les sartans. Toutes ces données sont rassurantes : aucun effet malformatif particulier n’est retenu à ce jour avec ces antihypertenseurs.
  • Une seule étude publiée en 2006 a évoqué une augmentation du risque de cardiopathies (en particulier des communications inter-auriculaires) lors d’une exposition au 1er trimestre aux IEC (pour plus de détails cliquez ici). Cette association n’a pas été retrouvée dans les études ultérieures, de taille très importante et de méthodologie plus rigoureuse, prenant en compte, entre autres, des facteurs de confusion pertinents (notamment le diabète maternel). Il n’y a donc pas lieu de maintenir un doute sur ce risque à ce jour.
  • Les IEC et les sartans ne sont pas tératogènes chez l’animal.

- Aspect fœtal et néonatal

  • Une toxicité fœtale et/ou néonatale est décrite en particulier en cas de traitement aux 2ème et/ou 3ème trimestres par un IEC ou un sartan :
    • Toxicité rénale parfois irréversible, voire fatale, se traduisant par un oligo-amnios ou un anamnios chez le fœtus (avec leur cortège de complications éventuelles comme l’hypoplasie pulmonaire fœtale…) et par une insuffisance rénale chez le nouveau-né.
    • Hypoplasie des os de la voûte crânienne.
  • Si un oligo- ou un anamnios apparait en cours de grossesse chez une patiente sous IEC ou sartan, contactez le CRAT pour envisager les éléments de surveillance prénatale.