Fermer
Imprimer


Lopéramide


Mise à jour : 17 février 2016



Pour en savoir plus :

ARESTAL® - DIARETYL® - DIASTROLIB® - DYSPAGON® - ERCESTOP® - IMODIUM® - INDIARAL® - PERACEL®


Le lopéramide est un opiacé ralentisseur du transit intestinal et antisécrétoire.
Il traverse peu la barrière hémato-encéphalique.
Il est utilisé dans le traitement symptomatique des diarrhées aiguës et chroniques.


ETAT DES CONNAISSANCES

  • Aspect malformatif
    • Les données publiées chez les femmes exposées au 1er trimestre de grossesse sont nombreuses et aucun élément inquiétant n’est retenu à ce jour.
    • Il n’y a aucune donnée sur la prise de lopéramide au long cours pendant la grossesse.
    • Le lopéramide n’est pas tératogène chez l’animal.
  • Aspect néonatal
    • A ce jour, aucun effet néonatal n’a été rapporté lors d’expositions au lopéramide en fin de grossesse, mais les données publiées, en particulier dans les diarrhées chroniques, sont très peu nombreuses.
    • En théorie, l’administration d’un médicament jusqu’à l’accouchement peut entraîner des effets néonatals dont la nature se superpose souvent aux effets recherchés et/ou indésirables chez l’adulte.

EN PRATIQUE

  • En prévision d’une grossesse
    • En l’absence de donnée sur les prises chroniques de lopéramide pendant la grossesse, le bien-fondé de la poursuite d’un traitement au long cours mérite d’être réévalué.
  • Traiter une femme enceinte
    • Pour une diarrhée aiguë : l’utilisation du lopéramide est possible quel que soit le terme de la grossesse.
    • Pour une diarrhée chronique : en l’absence de donnée sur la prise de lopéramide au long cours chez la femme enceinte, le bien-fondé du traitement mérite d’être réévalué.
  • Découverte d’une grossesse pendant le traitement
    • Rassurer la patiente quant au risque malformatif du lopéramide.
    • En cas de diarrhée chronique, en l’absence de donnée sur la prise de lopéramide au long cours chez la femme enceinte, le bien-fondé du traitement mérite d’être réévalué.
  • Allaitement
    • Il y a très peu de données publiées sur lopéramide et allaitement.
    • La quantité de lopéramide ingérée via le lait est très faible : l’enfant reçoit en moyenne environ 0,1% de la dose maternelle en mg/kg (calcul effectué sur un petit effectif).
    • Au vu de ces données, l’utilisation du lopéramide est possible en cours d’allaitement pour une diarrhée aiguë.


CRAT - Centre de Référence sur les Agents Tératogènes
Hôpital Armand Trousseau, 26 avenue du Docteur Arnold Netter, 75012 PARIS
Fax : +33 (0)144735395
- Réservé au corps médical.
www.lecrat.fr


Copyright CRAT 2017 - Tous droits réservés 2017 -