Fermer
Imprimer


Pas d’intérêt de l’acide folique chez les femmes enceintes traitées par anticonvulsivants (épileptiques ou non)


Mise à jour : 16 septembre 2016



Pour en savoir plus :

  • Chez les femmes traitées par des anticonvulsivants tératogènes (qu’elles soient épileptiques ou non), notamment par ceux qui sont responsables d’anomalies de fermeture du tube neural (carbamazépine et acide valproïque), la supplémentation en acide folique (quelle que soit sa posologie : 0,4 ou 5 mg/j) est inefficace pour prévenir l’apparition de malformations :
    • Toutes les études ayant analysé l’intérêt de l’acide folique chez les femmes épileptiques traitées ne retrouvent aucune efficacité de cette supplémentation (Hernandez-Diaz 2000, Meijer 2005, Kjaer 2008, Morrow 2008, Veiby 2009, Mawer 2010, Jentink 2010).
      • Morrow 2008 : 2375 femmes enceintes épileptiques sans acide folique préconceptionnel comparées à 1935 avec supplémentation préconceptionnelle.
        Sur l’ensemble de la cohorte, la supplémentation est inefficace sur le taux global de malformations, sur la fréquence des cardiopathies, des anomalies de fermeture du tube neural, des fentes et des hypospadias.
        La supplémentation est inefficace chez les femmes traitées par carbamazépine (n = 1069) ou valproate (n = 810).
    • Dans les registres sur « Epilepsie et grossesse », 70 à 100% des mères d’enfants malformés sont supplémentées en acide folique, y compris celles traitées par acide valproïque (Wyszynsky 2005, Vajda 2006, Thomas 2007, Holmes 2008, Diav-Citrin 2008, Holmes 2011, Tomson 2011).
    • Plusieurs cas de spina bifida chez des enfants de mères sous valproate supplémentées en acide folique ont été rapportés (Craig 1999, Duncan 2001, Candito 2007).
  • En conclusion :
    • La supplémentation périconceptionnelle en acide folique est inefficace pour prévenir l’apparition de malformations liées aux anticonvulsivants tératogènes, quelle que soit sa posologie (0,4 ou 5 mg/j), et quelle que soit la pathologie maternelle (épilepsie ou non), y compris avec ceux qui sont responsables d’anomalies de fermeture du tube neural (carbamazépine et acide valproïque).
    • Cette conclusion ne remet pas en question l’intérêt de la supplémentation péri-conceptionnelle en acide folique proposée dans la population générale (0.4 mg/j), ou dans la prévention d’une récurrence familiale d’anomalie de fermeture du tube neural (5 mg/j).

Bibliographie (cliquez sur le nom pour voir apparaître la référence) :

- Hernandez Diaz 2000
- Meijer 2005
- Kjaer 2008
- Morrow 2008
- Wyszynsky 2005
- Vajda 2006
- Thomas 2007
- Holmes 2008
- Diav-Citrin 2008
- Craig 1999
- Duncan 2001
- Candito 2007
- Veiby 2009
- Mawer 2010
- Jentink 2010
- Holmes 2011
- Tomson 2011
- Campbell 2014
- Ban 2015