Fermer
Imprimer


Nalbuphine


Mise à jour : 22 décembre 2014



NUBAIN ®
Cette spécialité a été retirée du marché en 2007. Restent les génériques.


La nalbuphine est un antalgique de palier 3 (opioïde fort), agoniste-antagoniste des récepteurs opioïdes.
Elle s’administre par voie injectable (IV, IM ou SC).


ETAT DES CONNAISSANCES

En cours de grossesse

  • La nalbuphine n’est pas tératogène chez l’animal.
  • Il n’y a pas de donnée publiée chez des femmes exposées à la nalbuphine en cours de grossesse, sauf pendant l’accouchement (cf. infra). Cependant, aucun élément inquiétant n’a été signalé à ce jour.
  • Un syndrome de sevrage néonatal aux opiacés est possible lors de traitements chroniques par nalbuphine jusqu’à l’accouchement.

Pendant l’accouchement

  • La nalbuphine passe le placenta. Les concentrations néonatales représentent environ 80% des concentrations maternelles.
  • Les données publiées sur l’utilisation de la nalbuphine par voie IM ou IV uniquement pendant l’accouchement sont nombreuses.
  • Quelques cas d’anomalies du RCF, de dépressions respiratoires, d’apnée avec cyanose, de somnolence et d’hypotonie néonatales transitoires ont été rapportés.

EN PRATIQUE

  • En cours de grossesse
    • Rassurer la patiente quant au risque malformatif de la nalbuphine.
    • Si un antalgique de palier 3 doit être utilisé en cours de grossesse, on préférera la morphine, mieux connue chez la femme enceinte.
    • Pendant l’accouchement, l’utilisation de la nalbuphine est possible. Les intervenants prenant en charge le nouveau-né devront être avertis du traitement maternel.
  • Allaitement
    • Dans l’analgésie post-césarienne, pendant 24 à 72 heures après l’accouchement :
      • Le nouveau-né reçoit au maximum 1 % de la dose maternelle de nalbuphine en mg/kg.
      • Aucun évènement particulier n’a été rapporté à ce jour chez des enfants allaités dans ces conditions.
      • L’utilisation de la nalbuphine est donc possible dans les 24 à 72 heures qui suivent l’accouchement.
    • Au-delà de cette période, il n’y a pas de donnée sur la nalbuphine pendant l’allaitement.
      • Il est donc préférable de suspendre l’allaitement pendant un traitement par nalbuphine dans ce contexte.


CRAT - Centre de Référence sur les Agents Tératogènes
Hôpital Armand Trousseau, 26 avenue du Docteur Arnold Netter, 75012 PARIS
Fax : +33 (0)144735395
- Réservé au corps médical.
www.lecrat.fr


Copyright CRAT 2018 - Tous droits réservés 2018 -