ACCUEIL
RETOUR


IMPRIMER
MEDICAMENTS
Recherche : prazépam ------- Résultat -> Prazépam - Grossesse et allaitement


Prazépam - Grossesse et allaitement

Mise à jour : 26 octobre 2020



LYSANXIA®


Le prazépam est une benzodiazépine anxiolytique de puissance intermédiaire et de longue durée d’action.
Sa demi-vie d’élimination plasmatique est d’environ 65 heures et il a des métabolites actifs.

-  De manière générale, la prescription d’un anxiolytique ne doit pas être banalisée, d’autant plus chez la femme enceinte.

  • Avant la prescription d’un anxiolytique il peut être utile d’envisager d’autres stratégies thérapeutiques, y compris non médicamenteuses (cf. HAS).
  • En cas de prescription d’un anxiolytique, on utilisera la posologie minimum efficace pour la durée du traitement la plus courte possible.
  • L’interruption brutale d’un traitement chronique par une benzodiazépine expose à un risque de sevrage.

-  Rappelons que dans les troubles anxieux généralisés et le trouble panique, on pourra utiliser un antidépresseur.


ETAT DES CONNAISSANCES (cliquez ici)


EN PRATIQUE

  • En prévision d’une grossesse
    • Une consultation préconceptionnelle est souhaitable afin de faire le point sur la pathologie et son traitement en vue d’une future grossesse.
    • Reconsidérer le bien-fondé de la poursuite d’une benzodiazépine en vue d’une grossesse.
    • Si un anxiolytique est indispensable, cliquez ici.
    • Si le prazépam présente toutefois un réel avantage, sa poursuite est envisageable, à posologie minimum efficace et pour la durée la plus courte possible.
    • Rappelons que dans les troubles anxieux généralisés et le trouble panique, on pourra utiliser un antidépresseur.
  • Découverte d’une grossesse pendant le traitement
    • Ne pas arrêter brutalement le prazépam en raison d’un risque de sevrage maternel.
    • Rassurer la patiente quant au risque malformatif du prazépam.
    • Réévaluer le bien-fondé de la poursuite du traitement.
    • Si une benzodiazépine est indispensable, voir ci-dessous « Traiter une femme enceinte ».
  • Traiter une femme enceinte
    • Si une benzodiazépine est indispensable, quel que soit le terme de la grossesse on préfèrera l’oxazépam à posologie minimum efficace et pour la durée la plus courte possible. En effet, les données pour cette benzodiazépine sont très nombreuses et rassurantes en cours de grossesse et son profil pharmacologique est préférable pour le fœtus : demi-vie d’élimination courte et absence de métabolites actifs.
      • Si l’oxazépam ne convient pas ou qu’une benzodiazépine de longue durée d’action est nécessaire, l’utilisation du prazépam est envisageable à posologie minimum efficace et pour la durée la plus courte possible.
    • Si le prazépam est poursuivi jusqu’à l’accouchement, en informer l’équipe de la maternité pour lui permettre d’adapter l’accueil du nouveau-né (cf. Etat des connaissances).
    • Rappelons que dans les troubles anxieux généralisés et le trouble panique, on pourra utiliser un antidépresseur.
    • Suivi de l’enfant à long terme :
      • Bien qu’aucun élément inquiétant particulier n’ait été retenu à ce jour avec le prazépam, comme pour tout enfant exposé à un médicament du système nerveux central de façon chronique pendant son développement intra-utérin, de principe, il conviendra d’être attentif à l’évolution de son neurodéveloppement.

Seuls quelques noms de spécialités sont mentionnés dans ce site. Cette liste est indicative et n’est pas exhaustive.


CRAT - Centre de Référence sur les Agents Tératogènes
Hôpital Armand Trousseau, 26 avenue du Docteur Arnold Netter, 75012 PARIS
Fax : +33 (0)144735395
- Réservé au corps médical.
www.lecrat.fr


Copyright CRAT 2020 - Tous droits réservés 2020 -

Recherche autre médicament :

Par saisie


 
Par ordre alphabétique
  A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 
  BIBLIOGRAPHIE