ACCUEIL
RETOUR


IMPRIMER
MEDICAMENTS
Recherche : tercian ------- Résultat -> Cyamémazine - Grossesse et allaitement


Cyamémazine - Grossesse et allaitement

Mise à jour : 10 mars 2021



TERCIAN®


La cyamémazine est un neuroleptique sédatif de la classe des phénothiazines.
Elle est utilisée dans le traitement des psychoses, dans le traitement de l’anxiété et dans certaines formes sévères d’épisode dépressif majeur.
Ses effets indésirables sont notamment de type extrapyramidal et atropinique.
Par voie injectable, une hypotension peut survenir.


ETAT DES CONNAISSANCES (cliquez ici)


EN PRATIQUE

  • En prévision d’une grossesse
    • Programmer une consultation préconceptionnelle pour :
      • reconsidérer l’opportunité d’une grossesse en cas de pathologie psychiatrique déséquilibrée et/ou de traitement psychotrope lourd
      • réévaluer le bien-fondé du traitement et le réajuster si besoin (Psychotropes et grossesse : les points forts).
    • Dans les états psychotiques, si un traitement est justifié, d’autres neuroleptiques/antipsychotiques sont mieux connus que la cyamémazine chez la femme enceinte (cliquez ici).
    • Dans l’anxiété, la cyamémazine ne sera poursuivie en vue d’une grossesse qu’à condition que l’oxazépam ou l’hydroxyzine ne soient pas envisageables en :
      • utilisant la posologie minimum efficace
      • limitant autant que possible les associations de psychotropes
  • Traiter une femme enceinte
    • Le bien-fondé de tout traitement chronique par psychotrope(s) en cours de grossesse doit être clairement établi (Psychotropes et grossesse : les points forts)
    • Dans les états psychotiques, si un traitement est justifié, on préférera si possible un neuroleptique/antipsychotique mieux connu que la cyamémazine chez la femme enceinte (cliquez ici).
    • Dans l’anxiété, la cyamémazine ne sera utilisée qu’à condition que l’oxazépam ou l’hydroxyzine ne soient pas envisageables en :
      • utilisant la posologie minimum efficace
      • limitant autant que possible les associations de psychotropes
      • si le traitement est poursuivi jusqu’à l’accouchement, en informer l’équipe de la maternité pour lui permettre d’adapter l’accueil du nouveau-né (cf. Etat des connaissances).
  • Découverte d’une grossesse pendant le traitement
    • Ne pas arrêter la cyamémazine sans avis du prescripteur.
    • Rassurer la patiente quant au risque malformatif de la cyamémazine.
    • Le bien-fondé de la poursuite de tout traitement chronique par psychotrope(s) en cours de grossesse doit être clairement établi (Psychotropes et grossesse : les points forts)
    • Dans les états psychotiques, si un traitement est justifié, on préférera si possible un neuroleptique/antipsychotique mieux connu que la cyamémazine chez la femme enceinte (cliquez ici)
    • Dans l’anxiété, la cyamémazine ne sera poursuivie qu’à condition que l’oxazépam ou l’hydroxyzine ne soient pas envisageables en :
      • utilisant la posologie minimum efficace
      • limitant autant que possible les associations de psychotropes
      • si le traitement est poursuivi jusqu’à l’accouchement, en informer l’équipe de la maternité pour lui permettre d’adapter l’accueil du nouveau-né (cf. Etat des connaissances).
  • Allaitement
    • Il n’y a pas de donnée sur cyamémazine et allaitement.
    • La demi-vie d’élimination de la cyamémazine est longue (10 heures), ce qui est un facteur de risque d’accumulation dans le lait.
    • Au vu de ces éléments, il est préférable d’éviter d’allaiter en cas de traitement maternel par cyamémazine.

Seuls quelques noms de spécialités sont mentionnés dans ce site. Cette liste est indicative et n’est pas exhaustive.


CRAT - Centre de Référence sur les Agents Tératogènes
Hôpital Armand Trousseau, 26 avenue du Docteur Arnold Netter, 75012 PARIS
Fax : +33 (0)144735395
- Réservé au corps médical.
www.lecrat.fr


Copyright CRAT 2020 - Tous droits réservés 2020 -

Recherche autre médicament :

Par saisie


 
Par ordre alphabétique
  A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 
  BIBLIOGRAPHIE