Fermer
Imprimer


Aminophylline - Grossesse et allaitement


Mise à jour : 13 décembre 2019



Pour en savoir plus :

L’aminophylline (théophylline-éthylène-diamine) est un complexe de théophylline et d’éthylène-diamine, utilisée par voie IV dans l’état de mal asthmatique.
In vivo ce complexe se dissocie, libérant essentiellement de la théophylline, qui est une base xanthique bronchodilatatrice.
La demi-vie d’élimination de la théophylline est longue, de l’ordre de 6,7 heures chez l’adulte et de 30 heures chez le nouveau-né.
La théophylline a une marge thérapeutique étroite.
Ses effets indésirables sont notamment d’ordre digestif, neurologique et cardiovasculaire. Ils peuvent être les premiers signes d’un surdosage.


ETAT DES CONNAISSANCES

  • Aspect malformatif
    • Les données publiées chez les femmes enceintes exposées à la théophylline au 1er trimestre de la grossesse sont nombreuses et rassurantes.
    • La théophylline n’est pas tératogène chez l’animal.
  • Aspect néonatal
    • Le passage placentaire de la théophylline est important et les concentrations néonatales sont égales voire supérieures à celles de la mère.
    • Chez le nouveau-né, la demi-vie d’élimination plasmatique de la théophylline est très augmentée, de l’ordre de 30 heures, d’autant plus s’il est prématuré. Une transformation de la théophylline en caféine est observée chez le fœtus et le nouveau-né.
    • En cas d’exposition en fin de grossesse, une tachycardie, une irritabilité et des trémulations peuvent apparaître transitoirement chez le nouveau-né.
  • Aspect maternel
    • En cours de grossesse, les concentrations plasmatiques de théophylline peuvent augmenter, entraînant un risque de surdosage maternel.

EN PRATIQUE

Chez la femme enceinte, l’asthme doit être traité aussi efficacement qu’en dehors de la grossesse. En effet, un asthme mal équilibré en cours de grossesse peut avoir un effet délétère sur le foetus.
Penser à vacciner une femme enceinte asthmatique contre la grippe saisonnière lorsque la grossesse couvre tout ou partie de la période d’épidémie.
  • Traiter une femme enceinte
    • Compte-tenu du bénéfice thérapeutique, l’utilisation de l’aminophylline est possible quel que soit le terme de la grossesse.
    • Une surveillance de la théophyllinémie maternelle est souhaitable (cf. Etat des connaissances).
    • Si l’aminophylline est administrée avant l’accouchement, sa longue demi-vie d’élimination plasmatique chez le nouveau-né (en moyenne 30 heures pour la théophylline) et la survenue éventuelle de troubles néonatals transitoires seront pris en compte lors de la surveillance en maternité (cf. Etat des connaissances).
  • Découverte d’une grossesse pendant le traitement
    • Rassurer la patiente quant au risque malformatif de l’aminophylline.
    • Compte-tenu du bénéfice thérapeutique, la poursuite de l’aminophylline est possible quel que soit le terme de la grossesse.
    • Si l’aminophylline est administrée avant l’accouchement, sa longue demi-vie d’élimination plasmatique chez le nouveau-né (en moyenne 30 heures pour la théophylline) et la survenue éventuelle de troubles néonatals transitoires seront pris en compte lors de la surveillance en maternité (cf. Etat des connaissances).
  • Allaitement
    • L’aminophylline se transforme essentiellement en théophylline (cf. voir chapô).
    • La quantité de théophylline ingérée via le lait est variable :
      • elle est faible après une prise orale unique d’environ 300 mg : l’enfant reçoit environ 3,6% de la dose maternelle (en mg/kg).
      • elle est importante après une prise orale au long cours de 800 mg /j : l’enfant reçoit environ 10% d’une dose thérapeutique pédiatrique (en mg/kg).
    • Par ailleurs, la demi vie d’élimination plasmatique de la théophylline est très augmentée chez le nouveau-né, d’autant plus s’il est prématuré, ce qui l’expose à un risque de toxicité.
    • Un nouveau-né de quelques jours a présenté une irritabilité et un sommeil agité après chaque prise d’aminophylline (dérivé de la théophylline) par la mère.
    • Au vu de ces données, il est préférable de ne pas allaiter en cas de traitement maternel par aminophylline.


CRAT - Centre de Référence sur les Agents Tératogènes
Hôpital Armand Trousseau, 26 avenue du Docteur Arnold Netter, 75012 PARIS
Fax : +33 (0)144735395
- Réservé au corps médical.
www.lecrat.fr


Copyright CRAT 2020 - Tous droits réservés 2020 -