Fermer
Imprimer


Etat des connaissances sur le lithium


Mise à jour : 28 novembre 2019



  • Passage placentaire
    • Le lithium passe le placenta. Les concentrations néonatales et maternelles sont équivalentes.
  • Aspect malformatif
    • Le lithium est responsable de malformations touchant essentiellement la sphère cardiaque.
    • Les données actuelles permettent de considérer que l’incidence de ces cardiopathies est de l’ordre de 2,5% (leur fréquence de base est de 0,5 à 1% dans la population générale).
    • Entre autres cardiopathies, la maladie d’Ebstein est sur-représentée : environ 1% contre 0,005% dans la population générale (1/20 000).
    • Chez l’embryon humain, le cœur se met en place entre 5 et 9 semaines d’aménorrhée (21ème à 50ème jour post-conception).
  • Aspect foetal
    • Des augmentations du liquide amniotique, voire des hydramnios ont été rapportés, vraisemblablement par diabète insipide fœtal.
  • Aspect néonatal
    • Le lithium s’élimine essentiellement par voie rénale et sa demi-vie chez le nouveau-né à terme est estimé à environ 3 à 4 jours.
    • De rares effets néonatals réversibles ont été observés en cas de traitement poursuivi jusqu’à l’accouchement. Il s’agit essentiellement :
      • de troubles du rythme cardiaque (bradycardies...),
      • d’insuffisance cardiaque,
      • d’hypotonie,
      • d’atteintes de la fonction thyroïdienne (goitres eu- ou hypothyroidiens...),
      • de diabète insipide.
    • Lorsqu’ils surviennent, ces effets apparaissent dans les 1ères heures de vie et régressent en une dizaine de jours (voire plus pour la thyroïde).
    • La possibilité de survenue de ces effets néonatals est à mettre en balance avec le risque de décompensation que pourrait faire courir à la mère une diminution voire un arrêt de son traitement, en particulier dans cette période de fragilité que constituent la fin de grossesse et le post-partum.
  • Aspect neurodéveloppemental
    • A ce jour, tenant compte de l’ensemble des données publiées, aucun signal particulier n’a été rapporté sur le plan neurodéveloppemental chez les enfants exposés in utero au lithium (enfants d’environ 2 à 5 ans).
  • Aspect maternel
    • Une diminution importante des concentrations plasmatiques maternelles de lithium (lithiémie) est possible dès la fin du 1er trimestre, avec un retour aux concentrations antérieures à la grossesse dans les 2 premières semaines postpartum.