Fermer
Imprimer


Diclofénac - Grossesse et allaitement


Mise à jour : 6 janvier 2020



Pour en savoir plus :

ANTACALM® - ENTALGINE® - FLECTOR® - SOLARAZE® - TENDOL® -VOLTARENE® - VOLTARENACTIGO® - VOLTARENEPLAST® - VOLTARENE EMULGEL® - VOLTARENSPE® - VOLTARENOPHTA® - VOLTARENOPHTABAK®


Le diclofénac est un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS) utilisé par voie orale, rectale, injectable, cutanée et oculaire.


ETAT DES CONNAISSANCES (cliquez ici)


EN PRATIQUE

L’utilisation ponctuelle ou chronique de diclofénac est formellement contre-indiquée à partir du début du 6ème mois de grossesse (24 SA), quelle que soit la voie d’administration et y compris en prise unique, sauf par voie oculaire.
  • En prévision d’une grossesse
    • Si le traitement est chronique ou régulier, une consultation préconceptionnelle est souhaitable pour réévaluer la prise en charge thérapeutique de la pathologie, dans la mesure où tous les AINS sont contre-indiqués à partir de 24 SA, y compris en prise unique (cf. Etat des connaissances).
    • On pourra avoir recours à d’autres antalgiques ou aux corticoïdes.
  • Traiter une femme enceinte
    • Pas d’automédication : toute prise doit être validée par un professionnel de santé.
    • Par voie orale, rectale, injectable et cutanée :
      • Avant 24 SA : le diclofénac peut être utilisé ponctuellement pendant les 5 premiers mois de grossesse (avant 24 SA).
        On évitera si possible la prise chronique de diclofénac pendant cette période (cf. Etat des connaissances).
      • Au-delà de 24 SA : l’utilisation de diclofénac est formellement contre-indiquée, y compris en prise unique (cf. Etat des connaissances).
        On pourra avoir recours à d’autres antalgiques ou aux corticoïdes, quel que soit le terme de la grossesse.
    • Par voie oculaire :
      • Compte tenu de la très faible quantité de diclofénac contenue dans une goutte de collyre, son utilisation par voie oculaire est possible en durée brève, quel que soit le terme de la grossesse.
  • Découverte d’une grossesse pendant le traitement
    • Rassurer la patiente quant au risque malformatif du diclofénac en cas d’exposition au 1er trimestre de grossesse.
    • Si la poursuite d’un traitement est nécessaire, cf. ci-dessus « Traiter une femme enceinte ».
  • Conduite à tenir en cas d’exposition au-delà de 24 SA, y compris en prise unique
    • Un retentissement foetal est possible, sauf en cas d’exposition par voie oculaire, et nécessite un contrôle de la vitalité et de certains paramètres fœtaux (cardiaques…) (cf. Etat des connaissances).
    • Cette surveillance sera si possible maintenue pendant le temps d’élimination complète de la spécialité par la mère, c’est-à-dire au moins 5 demi-vies d’élimination plasmatique.
  • Allaitement
    • La quantité de diclofénac ingérée via le lait est très faible : l’enfant reçoit moins de 1% de la dose maternelle (en mg/kg).
    • Aucun événement particulier n’a été signalé à ce jour chez les enfants allaités.
    • Au vu de ces données, l’utilisation du diclofénac est possible en cours d’allaitement, quelle que soit la voie d’administration.
      • en cas d’utilisation sur les seins, on nettoiera la peau avant chaque tétée.


CRAT - Centre de Référence sur les Agents Tératogènes
Hôpital Armand Trousseau, 26 avenue du Docteur Arnold Netter, 75012 PARIS
Fax : +33 (0)144735395
- Réservé au corps médical.
www.lecrat.fr


Copyright CRAT 2020 - Tous droits réservés 2020 -