Fermer
Imprimer


Albendazole - Grossesse et allaitement


Mise à jour : 23 avril 2019



Pour en savoir plus :

ZENTEL® - ESKAZOLE®


L’albendazole est un antiparasitaire utilisé notamment dans le traitement des oxyures, des ascaris, des ankylostomes, des trichocéphales, des anguillules et dans l’échinococcose.
Il est faiblement absorbé par voie orale.


ETAT DES CONNAISSANCES

  • Aspect malformatif
    • Les données publiées chez les femmes enceintes exposées à l’albendazole au 1er trimestre sont peu nombreuses, en particulier pour les traitements prolongés, mais aucun élément inquiétant n’est retenu à ce jour.
    • L’albendazole est tératogène chez l’animal (rat, lapin) à des doses proches de celles employées en thérapeutique usuelle mais sur des périodes d’exposition longues. Les malformations décrites chez le rat sont essentiellement des anomalies squelettiques.
  • Aspect foetal
    • Les données publiées chez les femmes enceintes exposées à l’albendazole en traitement ponctuel au 2ème ou au 3ème trimestre sont très nombreuses et rassurantes.

EN PRATIQUE

  • En prévision d’une grossesse
    • Aucun délai n’est à prévoir entre la fin d’un traitement par albendazole et le début d’une grossesse.
  • Traiter une femme enceinte
    • Au 1er trimestre, on préférera dans la mesure du possible un autre antiparasitaire mieux connu en début de grossesse :
      • Oxyures, ascaris et ankylostomes : pyrantel.
      • Trichocéphale : flubendazole.
      • Anguillule : ivermectine.
      • Si ces alternatives ne sont pas adaptées et si le traitement ne peut être différé au-delà du 1er trimestre, l’utilisation d’albendazole est envisageable. En cas de traitement prolongé pendant les 2 premiers mois de grossesse, un dépistage prénatal ciblé sur les malformations décrites chez l’animal pourra être proposé.
    • Aux 2ème et 3ème trimestres, l’utilisation de l’albendazole est possible.
  • Découverte d’une grossesse en cours de traitement
    • En cas de traitement ponctuel, rassurer quant au risque malformatif de l’albendazole.
    • En cas de traitement prolongé pendant les 2 premiers mois de grossesse, un dépistage prénatal ciblé sur les malformations décrites chez l’animal pourra être proposé.
  • Allaitement
    • La quantité d’albendazole et de son métabolite actif sulfoxide ingérée via le lait est très faible : après une prise unique de 400 mg d’albendazole l’enfant reçoit en moyenne moins de 1.5% de la dose maternelle (en mg/kg).
    • L’albendazole est faiblement absorbé par voie orale.
    • Aucun événement particulier n’a été signalé chez des enfants allaités de mères traitées par albendazole en prise unique.
    • Au vu de ces éléments, l’utilisation de l’albendazole en administration unique, voire pendant quelques jours, est possible chez une femme qui allaite.
    • En cas de prise prolongée, contactez le CRAT


CRAT - Centre de Référence sur les Agents Tératogènes
Hôpital Armand Trousseau, 26 avenue du Docteur Arnold Netter, 75012 PARIS
Fax : +33 (0)144735395
- Réservé au corps médical.
www.lecrat.fr


Copyright CRAT 2020 - Tous droits réservés 2020 -