Fermer
Imprimer


Topiramate - Grossesse et allaitement


Mise à jour : 25 juillet 2022



EPITOMAX®


Le topiramate est utilisé dans l’épilepsie et dans le traitement de fond de la migraine.
Il entraîne une sédation et une diminution de la prise de poids chez les enfants directement traités.
Il diminuerait l’efficacité de la contraception oestro-progestative à partir de 200 mg/j par diminution des concentrations des estrogènes.
Sa demi-vie d’élimination plasmatique est longue (21 heures en moyenne).


ETAT DES CONNAISSANCES

  • Aspect malformatif
    • Les données publiées chez les femmes enceintes exposées au topiramate au 1er trimestre de la grossesse sont très nombreuses.
    • Un risque de fente labio-narinaire et/ou palatine 3 à 5 fois plus élevé que dans la population générale, est retrouvé chez les enfants exposés in utero au topiramate au 1er trimestre de la grossesse (0,24 à 0,4% contre environ 0,08%).
    • Il semble qu’il y ait une relation dose-effet.
    • Il est possible que le risque de récurrence malformative soit plus élevé en cas de malformation déjà survenue sous topiramate lors d’une grossesse précédente.
  • Aspect fœtal et néonatal
    • Le topiramate passe le placenta. A terme, les concentrations maternelles et néonatales sont équivalentes.
    • Les petits poids pour l’âge gestationnel sont 2 à 3 fois plus fréquents chez les enfants exposés au topiramate tout au long de la grossesse et cet effet semble dose-dépendant.
  • Aspect neurodéveloppemental
    • A ce jour, des données sont disponibles pour un total d’un peu plus de 900 enfants exposés in utero au topiramate et âgés en moyenne de 3,5 ans à 8 ans.
    • Un effet sur le neurodéveloppement d’enfants exposés in utero au topiramate a récemment été évoqué : une étude publiée fin mai 2022, sur un peu plus de 400 enfants, retrouve chez eux un risque augmenté de troubles du spectre de l’autisme, de déficience intellectuelle, et plus largement de troubles du neurodéveloppement.
      • Pour les troubles du spectre de l’autisme, à l’âge de 8 ans, 3,3% des enfants exposés in utero au topiramate seraient concernés contre 0,8% en population générale. Pour la déficience intellectuelle, les incidences cumulées seraient de 2,0% chez les enfants exposés in utero contre 0,3 % en population.
      • Il semble qu’il y ait une relation dose-effet.
    • Dans les études précédentes ce risque n’était pas retrouvé.
    • Ces résultats doivent être confirmés.
  • Aspect maternel
    • Une diminution des concentrations plasmatiques maternelles de topiramate est possible en cours de grossesse.

EN PRATIQUE

On préférera, si possible, une autre option thérapeutique en cours de grossesse et d’allaitement et chez une femme souhaitant concevoir.

1- Dans l’épilepsie (cliquez ici).

2- Dans la migraine (cliquez ici).


Si l’une de vos patientes est exposée au topiramate en cours de grossesse ou d’allaitement, nous vous invitons à prendre contact avec le CRAT pour contribuer à enrichir les connaissances sur ce médicament chez la femme enceinte ou qui allaite.



CRAT - Centre de Référence sur les Agents Tératogènes
Hôpital Armand Trousseau, 26 avenue du Docteur Arnold Netter, 75012 PARIS
Fax : +33 (0)144735395
- Réservé au corps médical.
www.lecrat.fr


Copyright CRAT 2020 - Tous droits réservés 2020 -