Fermer
Imprimer


Bêtabloquants et grossesse


Mise à jour : 26 février 2021



Pour en savoir plus :

Une consultation préconceptionnelle permettra de faire le point sur la stratégie thérapeutique en vue d’une future grossesse.


EN PRATIQUE

  • Dans les indications de cardiologie (HTA, troubles du rythme, angor, insuffisance cardiaque...)
    • Le labétalol (Trandate®) est le bêtabloquant le mieux connu en cours de grossesse, et il est de plus compatible avec l’allaitement.
    • Viennent en 2ème intention :
      • le métoprolol (Lopressor®, Seloken®, Selokot®).
      • l’aténolol (Ténormine®, Bétatop®).
      • le propranolol, notamment si la patiente envisage d’allaiter (compatible avec l’allaitement).
    • Si ces options ne sont pas adaptées, l’utilisation des bêtabloquants suivants est envisageable en 3ème intention quel que soit le terme de la grossesse (ordre alphabétique) :
    • Si le bêtabloquant, quel qu’il soit, est poursuivi jusqu’à l’accouchement, il est souhaitable :
  • Dans la migraine
    • Le métoprolol (Lopressor®, Seloken®, Selokot®) et le propranolol peuvent être utilisés quel que soit le terme de la grossesse.
    • Cependant, si la patiente envisage d’allaiter, on préfèrera le propranolol, compatible avec l’allaitement.
    • Si le bêtabloquant, quel qu’il soit, est poursuivi jusqu’à l’accouchement, il est souhaitable :
  • Dans le glaucome et l’hypertonie intraoculaire
    • Le timolol, voire en 2ème intention le bétaxolol, le cartéolol et le lévobunolol (cf. Anti-glaucomateux) peuvent être utilisés quel que soit le terme de la grossesse.
      • On choisira si possible une spécialité ophtalmique sous forme « gel » ou « LP », qui minimisent l’exposition systémique par rapport aux collyres « simples ».
      • L’absorption systémique peut être réduite en comprimant l’angle interne de l’œil immédiatement après l’instillation.
    • Les effets néonatals des bêtabloquants ne peuvent être totalement exclus si l’exposition maternelle systémique n’est pas réduite par compression de l’angle interne de l’oeil. C’est pourquoi, si le traitement par bêtabloquant est poursuivi jusqu’à l’accouchement, l’équipe de la maternité en sera informée (cf. Effets néonatals des bêtabloquants).

ETAT DES CONNAISSANCES

  • Aspect malformatif
    • Les données publiées chez les femmes exposées au 1er trimestre aux bêtabloquants sont très nombreuses et rassurantes, et aucun effet malformatif particulier n’est retenu à ce jour.