Fermer
Imprimer


Antifongiques vaginaux - Grossesse et allaitement


Mise à jour : 4 novembre 2019



Le traitement repose sur l’administration d’un antifongique local, voire systémique.


1- Grossesse

  • On évitera les spécialités contenant plusieurs principes actifs.
  • Par voie locale :


Pictogrammes sur les boîtes de médicaments : le CRAT n’est pas d’accord.


    • On préfèrera le clotrimazole (Mycohydralin®) ou le miconazole (Gyno-Daktarin®...) quel que soit le terme de la grossesse, antifongiques vulvo-vaginaux les mieux connus en cours de grossesse.
    • Si ces options ne conviennent pas, l’utilisation des antifongiques vulvo-vaginaux suivants est envisageable, en particulier au-delà du 1er trimestre de grossesse (ordre alphabétique) :
  • Par voie orale, en cas d’échec des traitements locaux, l’utilisation du fluconazole (Beagyne®...) est possible en prise unique de 150mg, quel que soit le terme de la grossesse.

2- Allaitement

  • Traitement par voie locale :
    • Il n’y a pas de donnée publiée sur les antifongiques vaginaux en cours d’allaitement.
    • Cependant leur usage est probablement fréquent et aucun évènement particulier n’est signalé à ce jour chez des enfants allaités.
    • Par ailleurs leur passage systémique est généralement très faible.
    • Au vu de ces données, l’utilisation des antifongiques vaginaux est possible en cours d’allaitement.
  • Traitement par voie orale :
    • L’utilisation du fluconazole (Beagyne®...) est envisageable chez la femme qui allaite.