Fermer
Imprimer


Duloxétine dans les douleurs neuropathiques - Grossesse et allaitement


Mise à jour : 26 juin 2020



Pour en savoir plus :

  • En prévision d’une grossesse
    • Comme lors de tout traitement chronique, une consultation préconceptionnelle est souhaitable, afin de réévaluer le bien-fondé de la poursuite du traitement en vue d’une grossesse.
    • Si un traitement de douleur neuropathique est nécessaire, l’utilisation de la duloxétine est possible dans la perspective d‘une future grossesse.
  • Traiter une femme enceinte
    • Si un traitement d’une douleur neuropathique est nécessaire, l’utilisation de la duloxétine est possible.
    • Si la duloxétine est poursuivie jusqu’à l’accouchement :
      • ne pas l’arrêter brutalement.
      • prendre en compte l’éventuelle survenue de troubles néonatals transitoires lors de l’examen du nouveau-né (cf. Etat des connaissances).
  • Découverte d’une grossesse pendant le traitement
    • Rassurer la patiente quant au risque malformatif de la duloxétine.
    • Si un traitement de douleur neuropathique doit être maintenu, la poursuite de la duloxétine est possible.
    • Si la duloxétine est poursuivie jusqu’à l’accouchement :
      • ne pas l’arrêter brutalement.
      • prendre en compte l’éventuelle survenue de troubles néonatals transitoires lors de l’examen du nouveau-né (cf. Etat des connaissances).
  • Allaitement
    • Les données sur duloxétine et allaitement sont encore très parcellaires.
    • La quantité de duloxétine ingérée via le lait semble très faible : environ 1% de la dose maternelle en mg/kg (dosages effectués sur un petit effectif).
    • Chez les enfants allaités, les concentrations plasmatiques de duloxétine restent très faibles : inférieures à 1% des concentrations plasmatiques maternelles (dosages effectués sur un très petit effectif).
    • Aucun événement particulier n’a été signalé à ce jour chez des enfants allaités de mère sous duloxétine.
    • Au vu de ces données, l’utilisation de la duloxétine est envisageable en cours d’allaitement.
    • La poursuite de l’allaitement sera réévaluée en cas de survenue de symptômes chez l’enfant (hyperexcitabilité, troubles du sommeil …)